Sélectionner une page

Cette année, le Cégep entame sa planification stratégique pour la période 2021-2026. Il s’agira d’un grand travail collectif dans le cadre duquel toute la communauté aura l’occasion de contribuer à la conception du cégep de Saint-Laurent de demain. Nous profitons de l’occasion pour revenir sur les coups de cœur qui ont marqué le bilan du dernier Plan, question de mettre en valeur les réussites de la communauté, mais aussi pour que les bons coups puissent servir de source d’inspiration lors des consultations à venir.

L’objectif 1.4 du Plan stratégique de développement 2015-2020 vise la valorisation de la langue française.  En formulant un tel objectif, le souhait du collège était d’élaborer des stratégies permettant de mettre au premier plan le français comme langue d’étude et de travail, auxquelles se sont ajoutées au cours des cinq dernières années des efforts de valorisation et des mesures d’amélioration de la langue.

Depuis 2018, Annie Gingras, enseignante du Département de français et du programme Littérature au cégep de Saint-Laurent, occupe la fonction de Répondante du dossier du français (Repfran) au Réseau Repfran du Carrefour de la réussite au collégial. Elle est responsable de la valorisation de la langue au Cégep. Elle pilote aussi des initiatives concrètes pour soutenir la réussite des étudiantes et des étudiants du Cégep.

Ainsi, madame Gingras est maintenant bien connue pour sa maîtrise du logiciel Antidote et ses formations sur le sujet, offertes tant aux membres du personnel qu’à la communauté étudiante. Elle a aussi piloté de nombreux projets spécifiques adaptés à la matière enseignée dans les programmes d’études. En Technologie de l’architecture, par exemple, madame Gingras a travaillé sur un guide rédactionnel lié à l’épreuve synthèse. En Arts visuels, elle a développé un guide pour aider les étudiants et les étudiantes à écrire un commentaire au sujet d’une de leurs créations.

En 2019, Annie Gingras a cogné à la porte du bureau du Service des communications, car elle souhaitait faire du français une préoccupation de tous et de toutes, peu importe leur programme d’études ou leurs cours. La mission : sortir le français des classes de français, le faire vivre partout dans le collège. C’est ainsi qu’est né Philémon, un porte-parole aux airs dubitatifs avec un seul objectif : faire passer le message auprès de toute la communauté collégiale que le français, c’est important.

Trois facteurs clés qui ont fait de Philémon un coup de cœur

  • L’humour, c’est toujours gagnant
  • Un axe de communication qui ne laisse personne indifférent
  • Philémon continue de vivre sur plusieurs plateformes

 

Miser sur l’humour pour soutenir un message qui ne fait pas naturellement rire

La grammaire, la syntaxe, l’orthographe… ce ne sont pas des sujets qui font habituellement rigoler.  Pour ceux et celles qui éprouvent plus de difficultés en français, ces mots peuvent même évoquer de longues nuits à réviser, des dictées ratées ou encore des points perdus sur des travaux remis.

C’est pourquoi la campagne, si elle voulait rejoindre les étudiantes et les étudiants qui se sentent moins interpellés par la langue, devait permettre aux premiers concernés de s’y retrouver. « On voulait détendre l’image de la valorisation de la langue. On constatait un certain défaitisme de la part des étudiants et des étudiantes qui avaient moins de facilité avec la langue, comme si la maîtrise de la langue n’était pas à leur portée », explique Annie Gingras. « En misant sur l’humour, on propose une version plus accessible de la langue tout en passant le message clé : le français, c’est important! »

Sur de grandes affiches, Philémon, incarné à merveille par Andreï, étudiant du programme Théâtre, nous propose des phrases telles que:

  • La date limite du processus est reculé à hier pour ceux qui croivent être concernés.
  • Pour obtenir des cours, suivé le procédurié dispo.
  • En cas de pluie dehors, sortez de l’extérieure.

…de quoi en perdre son latin!

 

Ne laisser personne indifférent

Ces phrases incompréhensibles sont accompagnées d’une remarque de Philémon, la même qui se trouve sur toutes les affiches : « Vous n’avez rien compris? Moi non plus! Le français, c’est important! »

Philémon se fait donc une place dans notre mémoire avec des images fortes et des phrases qu’on relit plus d’une fois dans le but inatteignable de comprendre le message affiché! Maîtriser sa langue, c’est essentiel, peu importe le métier ou le domaine d’études que l’on a choisi. En plus de mieux se faire comprendre à l’écrit, cela nous donne de la crédibilité. La campagne reconnait du même coup que de maîtriser la langue parfaitement, ce n’est pas facile. « Tout le monde peut faire des fautes – l’important, c’est de se doter d’outils pour s’améliorer », remarque Annie Gingras.

 

Philémon sur toutes les plateformes

C’est sur des affiches que Philémon a fait sa première apparition au cégep de Saint-Laurent. Puis, le Service des communications a monté une page web pour donner un peu de contexte aux messages sans queue ni tête de ce drôle de personnage. En plus de contextualiser la campagne, cette page rassemble toutes les affiches produites et les services d’aide en français offerts à la communauté étudiante. Philémon s’est ensuite présenté sur les écrans télévisés du campus, sur Facebook, sur une affiche de Noël, sur une carte postale envoyée aux nouveaux étudiants et aux nouvelles étudiantes, dans des articles de blogue et tout juste cette semaine, il animait une story sur Instagram dans laquelle il proposait des trucs et astuces pour mieux se servir d’Antidote. « C’est devenu notre véritable ambassadeur de la langue. Quand on voit apparaître Philémon, on ne peut s’empêcher de sourire ! » conclut madame Gingras.

Pour toutes ces raisons, le projet de Philémon a trouvé sa place au sein des coups de cœur du bilan du Plan stratégique 2015-2020.