Sélectionner une page

Dans le cadre de sa semaine de prévention des violences sexuelles, le cégep de Saint-Laurent a lancé le mardi 27 août une toute nouvelle campagne de sensibilisation visant à contrer les violences à caractère sexuel. Cette campagne, se tenant sous le thème Finis donc pas ta phrase, vise à sensibiliser la population aux commentaires, blagues et propos du quotidien qui peuvent sembler banals, mais qui dans les faits servent de fondation sur laquelle se construit une culture normalisant les violences à caractère sexuel. Lors du lancement, l’instigatrice du projet, Béatrice Allard, et le service d’intervention psychosociale ont procédé au dévoilement de capsules afin de marquer le lancement officiel de la campagne dont le rayonnement pourra s’étendre aux établissements scolaires de niveau secondaire, collégial et universitaire, de même qu’aux entreprises et organismes qui souhaitent prendre part aux efforts de sensibilisation. En effet, la campagne est disponible pour tout organisme souhaitant la diffuser dans son établissement. Une présentation détaillée de la campagne est disponible en ligne : cegepsl.qc.ca/finis-donc-pas.

Enfin, les personnes présentes ont eu l’occasion de rencontrer la conceptrice de la campagne et de visiter les kiosques des divers organismes du milieu dont la présence démontrait leur volonté d’agir afin de prévenir les violences à caractère sexuel.

Visionner les capsules

« La culture du viol concerne tout le monde. Tout le monde en souffre et tout le monde y participe. Comprendre ça, c’est motivant. Si on refuse d’y participer, ça veut dire qu’on peut la démanteler, et changer notre façon de parler est une des nombreuses manières de devenir acteurs et actrices de progrès. Il est plus que temps qu’on en fasse notre devoir collectif. »

Béatrice Allard, ancienne étudiante du cégep de Saint-Laurent et conceptrice de la campagne Finis donc pas ta phrase

« Cette campagne de sensibilisation est particulièrement importante pour le cégep de Saint-Laurent puisqu’elle est le fruit de la créativité et du travail de l’une de nos jeunes diplômées, mais également parce qu’elle est intrinsèquement liée à notre politique institutionnelle visant à contrer les violences à caractère sexuel. La campagne nous amène à réfléchir à nos paroles. Fondamentalement, elle souligne à quel point nos paroles ont le potentiel d’être un vecteur de changement. »

Mathieu Cormier, Directeur général du cégep de Saint-Laurent

« Dans le cadre de la loi visant à prévenir et à contrer les violences à caractère sexuel, les établissements d’enseignement supérieur ont l’obligation, entre autres, de mettre en œuvre différents moyens de sensibilisation. Dans cette obligation légale, nous y avons vu, au cégep de Saint-Laurent, l’occasion d’aller plus loin, de créer une véritable campagne de sensibilisation dans le but de rejoindre un plus large public. »

Danielle Malkassoff, Directrice des services aux étudiants, des communications et de la Fondation du cégep de Saint-Laurent

« Je tiens à souligner le travail et l’esprit de collaboration que j’ai pu voir chez les employés du cégep de Saint-Laurent. Les questions de violence à caractère sexuel ne sont jamais faciles à aborder, et j’ai constaté le désir de tous les membres du personnel à vouloir instaurer une politique ferme et juste face à celles-ci. Aujourd’hui, nous soulignons le lancement de la campagne Finis donc pas ta phrase, qui, tout comme la rédaction de la politique, est le résultat d’une collaboration entre étudiants et employés; une campagne porteuse d’un message essentiel qui saura nous toucher, tous et toutes »

Vincent Brouillette, Directeur des ressources humaines du cégep de Saint-Laurent