Sélectionner une page

Cette année, le Cégep entame sa planification stratégique pour la période 2021-2026. Il s’agira d’un grand travail collectif dans le cadre duquel toute la communauté aura l’occasion de contribuer à la conception du cégep de Saint-Laurent de demain. Nous profitons de l’occasion pour revenir sur les coups de cœur qui ont marqué le bilan du dernier Plan, question de mettre en valeur les réussites de la communauté, mais aussi pour que les bons coups puissent servir de source d’inspiration lors des consultations à venir.

Le cégep de Saint-Laurent est issu d’une longue tradition d’enseignement dans l’arrondissement Saint-Laurent. Avant d’être un Collège d’enseignement général et professionnel, le bâtiment appartenait à la congrégation Sainte-Croix, qui en avait fait un haut lieu de formation. Fier de cette histoire, le Cégep a commandé, à l’occasion de son 50e anniversaire, une étude patrimoniale. L’objectif final était de mieux connaître l’histoire de son patrimoine bâti et le faire rayonner davantage, entre autres à la demande de la communauté qui entretient un fort sentiment d’appartenance avec le campus à l’architecture distinctive. Cette initiative s’est d’ailleurs développée en lien avec un des objectifs de la 3e orientation du Plan stratégique, soit d’actualiser les espaces en valorisant le patrimoine et la mission du Collège.

 

Trois facteurs clés qui ont permis à ce projet de rayonner

  • Un momentum pour valoriser le patrimoine
  • Une collaboration soutenue de toutes les instances impliquées
  • Une volonté de s’inspirer de l’histoire pour aller de l’avant

 

Mettre le patrimoine en valeur, une fierté laurentienne

La question de la valorisation du patrimoine avait déjà fait l’objet de démarches de la part du Collège, mais elle était revenue de façon plus explicite lors de l’élaboration du Plan stratégique 2015-2020. Mathieu Cormier, directeur général du Cégep, témoigne : « Lors des consultations liées à l’élaboration du plan stratégique, la communauté avait beaucoup parlé de la mise en valeur de nos bâtiments et de nos espaces, de notre campus exceptionnel qu’ils souhaitaient mettre de l’avant. Parallèlement, nous avions déjà des discussions avec l’arrondissement à ce sujet ».

Au-delà des obligations réglementaires d’urbanisme en ce qui a trait à la protection du patrimoine, le Collège s’est investi dans une démarche rigoureuse pour mettre en évidence le potentiel patrimonial de son campus. M. Cormier explique que « nous sommes entrés dans ce processus sans trop de craintes, puisque nous avons toujours eu un souci du maintien de notre patrimoine bâti et de nos espaces verts, sans essayer de les dénaturer ». C’est donc avec le soutien de l’arrondissement que le projet s’est engrangé, avec comme visée le 50e anniversaire du Cégep en 2018.

 

Travailler à plusieurs pour tout colliger

Pour la première fois, le Cégep participait à un exercice qui pouvait sembler fastidieux, mais ô combien instructif, sur l’histoire de son bâtiment. En même temps, c’est l’ensemble patrimonial, incluant la paroisse Saint-Laurent, le Collège Vanier et la maison des Sœurs de Sainte-Croix, qui faisait partie de la première partie de l’étude menée par la firme Brodeur consultants. C’est donc dire que plusieurs acteurs se sont concertés afin de rassembler la documentation dispersée, dans une seule et même recherche. « Pour nous, dit M Cormier, cela signifiait d’approfondir l’historique du Cégep avec des professionnels et de placer notre patrimoine bâti dans l’ensemble institutionnel patrimonial de Saint-Laurent ».

Un tel projet, nécessitant la collaboration de plusieurs instances, a impliqué une fouille détaillée de tous les documents, archives et photos disponibles, le tout se déroulant dans un cadre assez rigide d’urbanisme. Finalement, cela a pu mettre en relief ce qui était déjà su d’une part et de permettre à la communauté de découvrir une dimension historique moins connue de l’ensemble patrimonial, d’autre part. Pour le Cégep plus précisément, cela signifie maintenant d’avoir accès à une « revue de l’historique de l’enseignement supérieur à Saint-Laurent et de l’interrelation constante avec la communauté », indique M. Cormier. Cette facette de l’histoire a d’ailleurs été présentée à la communauté collégiale au printemps 2018, lors d’une conférence et de visites des lieux présentés dans l’énoncé patrimonial, auxquelles plusieurs membres du personnel ont participé activement, découvrant comment l’architecture pouvait en dire long sur l’histoire d’une communauté.

 

S’inspirer de la tradition pour régler des enjeux actuels

Le proverbe « Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient » illustre à merveille la volonté de la direction de prendre en compte le passé de l’établissement dans ses décisions actuelles.

Pour nous, l’histoire du Cégep est un élément de fierté, et cette étude nous permet non seulement de connaître notre passé, mais de continuer à incarner les valeurs qui nous ont permis de devenir ce que nous sommes aujourd’hui. À la lumière de ce patrimoine bâti, on peut voir l’évolution de l’enseignement.

– Mathieu Cormier, directeur général

Cette réflexion teinte de plus en plus les décisions prises par la direction, qui garde en tête l’aspect historique lors d’ébauches de plans directeurs ou de réfections du campus, par exemple. La mise en valeur d’artefacts et de lieux qui ont une valeur patrimoniale est toujours considérée lors de rénovations, pour garder l’essence même du Cégep, ramenant ainsi le caractère historique dans le quotidien de la communauté.

Pour toutes ces raisons, le projet de l’étude patrimoniale a trouvé sa place au sein des coups de cœur du bilan du Plan stratégique 2015-2020.