Sélectionner une page
Alors que le cégep de Saint-Laurent a dû fermer ses portes à cause de la situation liée à la COVID-19, les membres du personnel se mobilisent pour vous offrir des trucs, des conseils, des anecdotes, histoire de passer à travers cette période de distanciation sociale. En tout temps, pour connaître les dernières nouvelles du Cégep liées au coronavirus, vous pouvez consulter cette page.

Les bonnes idées pour se divertir pullulent sur les réseaux sociaux par les temps qui courent. Si vous faites un peu de coronanxiété comme nous, la lecture aide à nous changer les idées, et nous ne manquons pas de temps pour faire de belles découvertes qui nous font du bien.

Avec tout ce temps libre, nous avons recensé quelques ouvrages qui sont réservés aux plus intrépides et aux amateurs de scénarios catastrophes, comme ces quatre romans et cette bande dessinée. Cœurs sensibles s’abstenir ! À prendre en note et à lire lorsque la tempête sera passée? Ça va bien aller.

La peste d’Albert Camus

– Naturellement, vous savez ce que c’est, Rieux ?

– J’attends le résultat des analyses.

– Moi, je le sais. Et je n’ai pas besoin d’analyses. J’ai fait une partie de ma carrière en Chine, et j’ai vu quelques cas à Paris, il y a une vingtaine d’années. Seulement, on n’a pas osé leur donner un nom, sur le moment… Et puis, comme disait un confrère : « C’est impossible, tout le monde sait qu’elle a disparu de l’Occident. » Oui, tout le monde le savait, sauf les morts. Allons, Rieux, vous savez aussi bien que moi ce que c’est…

– Oui, Castel, dit-il, c’est à peine croyable. Mais il semble bien que ce soit la peste.

Oscar de Profundis de Catherine Mavrikakis

Une épidémie mortelle ravage Montréal. Depuis la création de l’État mondial, des hordes de miséreux errent dans la ville. Certaines zones leur ont même été temporairement abandonnées afin de les maintenir à distance des nantis des banlieues. Des troubles éclatent. Avant qu’il ne soit trop tard, Cate, la chef d’une des bandes de crève-la-faim, veut frapper un grand coup.

Station Eleven d’Emily St. John Mandel

Le premier jour : Éclosion de la grippe géorgienne. On estime qu’elle pourrait contaminer 99% de la population. Deux semaines plus tard : La civilisation s’est effondrée. Vingt ans après : Une troupe présente des concerts et des pièces de théâtre aux communautés regroupées dans des campements de fortune. La vie semble de nouveau possible. Mais l’obscurantisme guette.

Le sixième jour d’Andrée Chedid

Hassan est atteint du choléra. Alors qu’il était un enfant vigoureux il y a encore peu de temps, chaque jour est devenu un combat. Dans cette course contre la mort, sa grand-mère, Saddika, fait un barrage contre ceux qui veulent prendre l’enfant par peur de la contagion. Car la vieille femme le sait : s’ils l’emportent, elle ne le reverra jamais. Alors, il faut tenir jusqu’au sixième jour : ce jour-là, on meurt, ou bien on ressuscite.

Black hole de Charles Burns

C’était comme une horrible partie de chat… On finit par découvrir qu’il s’agissait d’une nouvelle maladie qui n’affectait que les adolescents. On la surnomma la  » peste ado  » et  » la crève « . Les symptômes en étaient aussi variés qu’imprévisibles… Certains s’en tiraient à bon compte – quelques bosses ou une vilaine éruption cutanée – d’autres devenaient des monstres ou il leur poussait de nouveaux membres…

Les descriptions des livres sont tirées des quatrièmes de couverture.

À propos des auteurs

L'équipe de la bibliothèque

L'équipe de la bibliothèque

L’équipe de la bibliothèque est toujours là pour vous aider! En tant qu’experts des recherches bibliographiques, ils vous accompagneront, au milieu des rangées d’ouvrages (qu’ils connaissent par coeur!) afin de trouver, avec vous, ceux dont vous avez besoin.